Hincak (Hintchak)

 

Le comité Hintchak (voix de cloche) a été fondé en 1886 en Suisse par Avedis Nazarbelg, ressortissant russe et arménien de Caucase, et sa femme Maro et les autres étudiants de Caucase; et ils ont publié un journal nommé Hýnçak pour répandre leurs opinions. Le chef de ce comité et ses membres étaient des Arméniens de nationalité russe. Ce comité a choisi pour lui l'Est de l'Asie Mineure pour le domaine de travail, plus tard le siège du comité est emmené de Suisse à Londres.

Le programme du comité Hýnçak est socialiste, Marxiste et centriste; les principes de Karl Marx sont adoptés. Bien que les membres de ce comité déclarent qu'ils sont sociaux-démocrates, leur programme politique est tout à fait de nature d'un manifeste communiste. Le comité a ouvert en 1890 un siège à Istanbul et des succursales dans les autres départements de l'empire ottoman et a commencé à travailler en s'organisant de cette manière. Le but politique principal de ce comité est de sauver les Arméniens vivant en Turquie sous le joug des Turcs, les Arméniens vivant en Russie des Russes, les Arméniens vivant en. Iran des Iraniens: et plus tard jeter dehors tous les capitalistes dans le pays.

SON PROGRAMME

" L classe ouvrière et des travailleurs occupent une grande majorité. Pour sauver cette classe de l'exploitation du capitaliste, d'une classe riche et dominante, il faut que la classe ouvrière possède tous les moyens de production, la terre, les usines, les minerais, les moyens de communication.

Pour parvenir à ce but et pouvoir l'appliquer de facto, la classe ouvrière de tous les pays civilisés doit s'organiser selon sa propre manière, et faire la révolution communiste avec tous les pays en mettant en action tous les moyens politiques disponibles. Comme ça, les autres classes seront supprimées et la classe ouvrière peut établir un ordre socialiste. Dans un tel Etat, le peuple fait ses lois et montre son pouvoir.

(..)

Dans la présente condition, les Arméniens se trouvent sous l'administration des classes dépendant du régime despotique. Leur système fiscal, administratif et financier est destructeur pour eux. Dans leur entourage, les formes de production capitalistes sont appliquées d'une part, les anciennes formes de l'économie et de l'administration se perdent".

Avec l'influence de toutes ces conditions, le fait d'établir un ordre socialiste pour les arméniens sociaux-démocrates et pour tous arméniens semble un objectif lointain et c'est pourquoi toutes ces inclinations et tous ces efforts exigent le choix d'un objectif proche. C'est cet objectif proche qui est la cause de fonder le Parti révolutionnaire arménien de Hýnçak. Ces objectifs proches sont:

a. Révolter

b. Anéantir les classes dominantes du régime despotique

c. Sauver les Arméniens de l'esclavage

d. Soutenir les Arméniens pour intervenir aux affaires politiques

e. Supprimer les entraves influençant le développement économique et culturel.

f. Préparer le milieu où la classe ouvrière pourrait exprimer ses revendications et ses inclinations

g. Améliorer les conditions du travail difficile

h. Assurer les renseignements nécessaires pour leur organisation comme une entité politique spéciale.

i. Améliorer les conditions du travail du peuple et le soutenir pour son progrès vers les objectifs lointains.

Conformément à ces opinions, l'objectif proche du comité Hýnçak est de lutter pour renverser les régimes despotiques et ses classes et les remplacer avec les régimes démocrates et légitimes. Les conditions principales sont les suivantes:

a. Fonder une assemblée législative par les élections pour représenter le peuple en permettant à toutes les couches sociales de voter directement. Cette assemblée aura le pouvoir de rendre une décision après l'examen de toutes les affaires sociales et politiques du pays et des lois.

b. Accorder une large autonomie pour les départements.

c. Assurer une liberté totale pour le peuple.

d. Le peuple doit élire les fonctionnaires du gouvernement, toutes les personnes travaillant dans les services publics, les agents de police, les fonctionnaires travaillant dans les services d'éducation et de justice.

e. Tous les citoyens majeurs auront le droit d'être élus comme représentants dans l'administration départementale et autonome sans faire distinction de nation et de classe.

f. Tous les citoyens doivent être égaux devant les lois, sans faire distinction de nation et de religion.

g. La presse doit faire une mobilisation totale pour la lutte de la libre expression, de la foi, de la réunion, du droit de l'association et de l'élection.

h. Chaque personne doit et sa maison doivent être protégées contre les agressions.

i. Les églises doivent être autonomes et tous les établissements religieux doivent soutenir par les personnes qui y fréquentent.

j. Tout le peuple doit faire son service militaire comme les organisations de milice en temps de paix.

k. Une éducation laïque et obligatoire doit être appliquée, le gouvernement doit aider les pauvres.

Comme il s'agit de l'amélioration de la condition économique du pays, en obtenant les droits politiques susmentionnés et s'appuyant sur ces principes, les conditions suivantes doivent être remplies:

a. Le système fiscal présent doit être enlevé et remplacé par un système moderne selon le pouvoir déterminé et la solvabilité de paiement.

b. Les impôts directs doivent être enlevés complètement.

c. Toutes les dettes des paysans doivent être supprimées.

d. Les machines agricoles doivent être assurées par le peuple et par le gouvernement, la fonction de ces machines doit être apprise et elles doivent être cédées au peuple.

e. Les sociétés agricoles doivent être fondées par le peuple, le but de ces sociétés doit être la vente des produits agricoles, l'achat des semences et des céréales et des produits similaires et leur gestion.

f. Tous les moyens de communication et de contact doivent être assurés.

g. Le gouvernement doit aider les travailleurs en vue d'empêcher leur exploitation et faire des lois pour les protéger.

Les régions où vivent la plupart des Arméniens de Turquie sont les territoires les plus larges de notre patrie. La cause de la majorité des Arméniens est devenue une revendication selon l'article 61 du traité Berlin et la force des autres conditions internationales et reconnue par de grands pays européens.

Le désordre politique, économique et financier de l'empire ottoman, sa faiblesse, sa condition de faillite, les troubles intérieurs, et, son état frappé par le tremblement de terre, tout cela a nécessité de renverser le gouvernement ottoman et l'influence des autres pays européens ont contribué à ce fait. En raison des territoires ottomans en Europe partagés systématiquement par les autres pays européens, il faut prendre des mesures suivantes comme une obligation et nécessité historique:

a. Les membres des comités arméniens s'efforceront de travailler dans la direction de l'objectif proche en vue de défendre et de conclure la cause arménienne.

b. Dans ce cas, le domaine d'activité pour la révolution sera la région des Arméniens en Turquie.

c. Comme les Arméniens veulent déterminer leur avenir indépendant de l'empire ottoman, la première condition de l'objectif proche est l'indépendance de l'Arménie.

La solution de permettre aux Arméniens de parvenir à l'objectif prochain, c'est de faire une révolution, c'est-à-dire, de semer le désordre dans les régions arméniennes en Turquie, de faire la guerre contre la Turquie par un soulèvement général. Les moyens de ces travaux:

a. Faire des propagandes au sein du peuple et notamment dans le milieu ouvrier, par la presse, les livres et les discours. Répandre les idées révolutionnaires du Parti Hýnçak et former des organisations révolutionnaires dans le peuple et faire des révoltes.

b. Punir les agents, les fonctionnaires, les espions, les traîtres turcs, utiliser la terreur comme un moyen de défense pour les organisations révolutionnaires et de protection contre les travaux des infâmes et des ennemis du peuple.

c. Pour protéger le peuple contre les agressions du gouvernement et des nomades, il faut tenir prête une force armée, fonder des régiments en raid. Ces régiments auront le rôle d'avant-garde pour un soulèvement général à réaliser.

d. Il faut former une organisation révolutionnaire générale qui marche vers le même objectif dans l'esprit de solidarité et de collaboration, d'interdépendance, appliquant la même tactique, dirigée par le même siège, ordonnée et composée de plusieurs groupes. Tous les pouvoirs et travaux des organisations en Turquie doivent être établis par un statut indiquant l'organisation et les travaux du Comité Hýnçak.

e. Provoquer des incidents en vue d'appliquer un soulèvement ordonné.

f. Le temps le plus convenable pour le succès d'une révolution est la guerre d'un pays quelconque contre la Turquie.

g. Attirer les autres minorités qui partagent le même sort et qui vivent dans la même région avec les Arméniens et combattre contre le gouvernement turc, notre ennemi commun. L'objectif le plus grand du comité Hýnçak est de créer une fédération similaire à celle de Suisse, en sauvant les minorités sous le joug de l'empire ottoman.

Le comité Hýnçak a travaillé selon un programme politique et fait la propagande marxiste qui convenait à la classe ouvrière. Les jeunes, les leaders de religion, les aventuriers, les oisifs ont bien voulu adhérer au comité afin de créer des troubles et de faire la révolution. Les dirigeants du comité ont voulu créer le prolétariat arménien en travaillant sur la base de classe. Ces travaux de comité ne sont restés qu'au niveau d'une propagande socialiste, en raison des conditions de vie en Turquie. Plusieurs personnes, notamment les personnes aptes venant de Russie ont participé aux manifestations de soulèvement organisées par le comité Hýnçak.

Les actes arméniens ont créé des incidents sanglants, graves et irréparables. Þimavon, habitant de Tiflis, S.Danielyan, ressortissant d'Iran, Rupen Hanazat, ressortissant russe, habitant à Trabzon, H.Megavoryan, habitant de Batum, sont venus à Genève en vue de fonder le comité Hýnçak. Après de longues discussions, le siège du Comité de Hýnçak a été fondé. Les autres organisations révolutionnaires fondées avant le 1890 à Istanbul ont participé à cette organisation.

Comme on le voit, le sort des Arméniens en Turquie dépendait des Arméniens en Russie. Ceux qui n'ont pas participé à l'organisation et ceux qui n'ont pas fait des contributions matérielles ont été tenus sous la pression ou bien tués. Les organisations sont répandues dans les autres départements d'Anatolie.

SES ACTIVITES

Le statut et le programme de l'association Hýnçak a été édité en 1909 à Istanbul et ce statut est soumis à l'approbation du ministre des affaires étrangères vu la loi relative aux associations, et, après les démarches faites, cette association a obtenu le certificat référencé 90 et délivré le 8 février par la Préfecture d'Istanbul.

Au sujet des activités du comité arménien Hýnçak, sur le cahier des résolutions pour les années 1910,1911,1912 et 1913, les décisions suivantes furent prises:

a.S'efforcer de procurer les armes, les munitions, les matières explosives.

b. Formation pour les armes (par Marufyan, Yvaruyan et Candan)

c. Accélérer les propagandes

d. Etablir des relations avec le comité Tachnak

e. Etablir des relations avec l'Union et Progrès

f. Formation et gestion des bandes à Van (Ces bandes sont les suivantes: Orsfan, Cang, Goçnak, Juraçak,Pencak, Badami, Tejohenk, Maro et Paros)

Le comité Hýnçak a fait son troisième congrès en date du 24 Juillet 1914 en Turquie. Ce Congrès est ouvert sous la présidence de Cangülyan et du secrétaire Tancutyan avec les 28 délégués envoyés de 51 succursales et a pris les résolutions suivantes:

"En considérant la responsabilité de notre objectif et les dangers qui en proviennent et puis en vue de nous montrer comme des gens civilisés, nous devons éviter toutes les aventures et les mouvements insouciants, et tenir compte que la seule solution dépend de nos moyens de nos influences et de nos attitudes".

Sur cela, les membres des comités de Hýnçak ont commencé à quitter la Turquie. Une discordance s'est produite entre les membres de comité qui est divisé en deux.. Une partie prend le nom d'origine de Hýnçaklar (les partisans de Nezarbeg) , et l'autre partie les Hýnçak réformés (Veragazmiyal Hýnçak) . Ce deuxième groupe a été dirigé par une personne nommée Arpiyar Arpiaryan.

Les deux comités ont agi selon l'opinion et l'attitude de leurs dirigeants non pas selon un principe et programme, les intérêts personnels sont tenus au premier plan, et ce désaccord entre eux a causé des bagarres dans la rue, certains étaient battus et certains tués.

Le peuple arménien qui a compris que les Hýnçak étaient marxistes n'a pas accepté les opinions des membres de comité. Les luttes ont augmenté en 1902 et beaucoup de membres de comité ont été tués dans les rues en Angleterre, en Egypte, en Bulgarie, au Caucase et en Iran. Après le soulèvement à Van, bien que quelques petites bandes aient porté le nom de Hýnçak, elles n'avaient de force suffisante. Pour la dispersion des membres du comité Hýnçak, il y a lieu d'indiquer que certains leaders Hýnçak ont compris l'intention secrète des Russes et ceci leur a permis de quitter la fausse route.

REFERENCE:

Sakarya, général en retraite, la question arménienne sous l'angle des documents, publications du département d'étude stratégique et historique de l'état-major, Ankara, 2.édition, .1984, p.76-87.