La Révolte de Van

 

L'insurrection de Van a débuté pendant la nuit du 14 au 15 juin 1895. Mais, les travaux préparatifs remontent plus loin. D'aileurs, le général Mayewski, assumant les fonctions de consul pendant 6 ans à Van et à Erzurum par la suite, écrit ceci:

"En 1895, les révolutionnaires de Van ont entamé des travaux intenses pour attirer l'attention de l'Europe sur la Question Arménienne en demandant des aides financières. Certains assassinats politiques ont été commis selon les décisions prises par le comité révolutionnaire, pendant cette période. Le plus important de ces assassinats est le suivant: L'evêque Bogos a été assasiné, le 6 janvier 1895, lors de la féte religieuse des arméniens, pendant qu'il se rendait à l'Eglise pour célébrer la messe. Les préparatifs révolutionnaires se sont accélérés avec le printemps, et on a commencé à parler des corps trouvés morts près de la ville. Ayant constaté que ces crimes ne faisaient pas l'objet d'une poursuite quelconque, les révolutýonnaires y ont trouvé des signes d'encouragemnt. Plus les arméniens devenaient téméraires, plus les musulmans étaient rendus impatiens."

Williams, consul d'Angleterre écrit ceci:

"Le comité de Taþnak a 400 members à Van. Avec 50 membres de Hýnçak, ils terrorisent leurs propres coreligionnaires et provoquent la population musulmane avec leur folie et débordement, et rendent impossible la réalisation des réformes. Je suis sûr que le plus grand obstacle menaçant la sécurité de la région sera supprimé, si l'on pouvait faire taire ces éléments."

Saadettin Pacha, commandant militaire de Van; voit la même situation. Les faits séparés ont commencé à se produire à partir d'octobre 1895 à Van Ainsi, il est devenu nécessaire de rester vigilant. 23 faits ont été enregistrés dans les rapports de la préfecture jusqu'à la date du commencement de L'insurrection. Sadettin Pacha a résumé le déroulement des faits dans son grand rapport qu'il a envoyé après l'insurrection.

L'insurrection de Van a duré du 15 au 24 juin 1895. Lors de l'insurrection, 418 musulmans et 1715 arméniens ont perdu leurs vies, et il y a eu 363 blessés musulmans et 71 blessés arméniens.

Aprés cette date, les bandes armées venant d'Iran ont provoqués certains faits dispersés qui ne se sont pas transformés en resurrection.

SOURCE: GÜRÜN, Kamuran, Dossier Arménien, TTK Basýmevi, Ankara, 1983, p. 161-163.