La Revolte de Zeytun

 

L'insurrection la plus importante provoquée par les membres de Hýrçak à Zeytun, s'est réalisée en juillet 1895. L'information a été reçue en ce qui concerne les agissements de quelques sujets Arméniens d'origine étrangère, dans le village d'Arekin près de Zeytun. Et ces gens-là étaient poursuivis; il s'agissait des propagandistes Agasi, Hraçya, Abah, Niþan, Melek, Garbet, travaillant au nom du comité de Hýnçak, envoyé par le comité de Hýnçak dirigé par Nazarbeg à Londres, en vue de la mise en place de l'insurrection. Ils ont demande à la population de Zeytun de s'armer, et d'attaquer les Turcs, les forces armées et les bourgs importants dans les environs, en indiquant que les armes et l'argent nécessaires seraient envoyés par le Comité et que la Flotte Anglaise arriverait à Mersin et à Ýskenderun avec le déclenchement du mouvement insurrectionnel. Le 16 septembre 1895, les insurgés de Zeytun ont pris la décision de déclenchement lors de la réunion tenue à Karanlýk Dere, avec la participation de 100 personnes incluant Partogomios vartabet et les représentants du village.

A la suite de cette décision, L'insurrection a commencé immédiament; les lignes télégraphiques ont été coupées; 4000 habitants de Zeytun dont 2000 habitants sans arme, ont commencé à attaquer. Les insurgés encerclant la caserne et le palais de la préfecture ont pris en otage, le sous-préfet, 50 officiers, 600 soldats. Les otages ont été assassinés par les femmes de Zeytun. Le Commandant Remzi Pacha a demandé des détachement d'enforcement pour l'attaque, Ethem Paçha, nommé en remplacement a dû faire la demande pour de nouvelles forces. Les insurgés disposaient des armes modernes. Les soldats caracolés à Göksün, ont entamé l'attaque en obligeant les insurgés à se réfugier à Zeytun.

Zeytun a éte encerclé par les soldate, mais, les ambassadeurs étrangers en posta à Ýstanbul; ont proposé leur service de médiateur au gouvernement ottoman à propos des Arméniens de Zeytun, alors que l'action entreprise par les forces de sécurité était sur le points d'aboutir. Le Sérail a accepté cette proposition et le mouvement a été arrêté. Les ambassadeurs ont chargé leurs Consuls en poste à Halep de mener des pourparlers. 6 consuls se sont rendus à Zeytun, en date du 1e janvier 1896 avec les insurgés.(1). Les conditions de paix étant la remise des armes, l'amnestie générale, l'expulsion de 5 membres du Comité Arménien, l'effacement des impôts passés, et la diminution de l'impôt foncier, les insurgés se sont rendus et l'insurrection a pris fin. Les membres du comité Arménien ont quitté le 13 février , Zeytun et le 12 mars Mersin pour Marseille, sous la protection du Consulat d'Angleterre. Avec l'insurrection de Zeytun, les travaux actifs menés par le parti de Hýnçak en Turquie a effectivement pris fin. Le parti a cru assurer l'indépendance Arménienne en attirant l'attention de l'Europe par l'intermédiare de ce mouvement mis en ouvre, mais cette tentative n'a donné aucun résultat, sauf pertes de vie pour les armenniens.

REFERENCE: 1. URAS, Esat, Les Arméniens la question Arménienne dans l'histaire, Istanbul, 1987, p. 491-496 2. GÜRÜN, Kamuran, Dossier Arménien, TTK Basimevi, Ankara, 1983, p. 160-161.