Le Plaints Communs Des Organisations Terroristes Et Des Comites

 

Dans les années 1890, "former des bandes, démoraliser la société Ottomane qui est l'un des objectifs, tuer les Turcs par tous les moyens dont ils possèdent, les anéantir, les priver des droits de souveraineté, armer les minorités Arméniennes, les former pour la révolte, le soulèvement, et, la terreur, former des comités révolutionnaires, des groupes pour l'assassinat, les unités de massacre, détruire les institutions publiques, piller", c'étaient les principes sur lesquels se basaient les Tachnaks, qui s'efforçaient de répandre la terreur et qui agissaient dans la direction déterminée dans les voies et les méthodes appliquées, qui ont eu le pouvoir dans la région de l'Arménie soviétique entre les années 1918-1920 après la révolution Bolchevique, qui ont fondé "La République d'Arménie" et ont fait les démarches politiques. Mais ce processus politique n'a pas permis aux Tachnaks de renoncer aux actes terroristes et l'organisation des "Commandos de la justice pour le génocide Arménien " fondée en 1972 par le Tachnak a repris les actes terroristes contre nos représentants à l'étranger.

L'organisation marxiste Hýntchak aussi était non seulement la source morale et idéologique de l'ASALA dont l'existence dépendait de la terreur Arménienne dans les années 1973-1985, mais aussi il a provoqué et soutenu ce groupe ou cette organisation.

De quelle façon que ce soit et avec n'importe quelles opinions que ce soit, pour exprimer la question Arménienne- le sujet Arménien ou la question Arménienne, ces notions veulent dire la terreur dans les organisations Arméniennes, le but et les attentes sont toujours basés sur la hostilité des Turcs et de la Turquie, sur le sang et la haine.

Les organisations terroristes Arméniennes sont réalisées par un cadre limité et l'administration centrale est contrôlée en général par ce cadre. Les actes prévus sont appliqués par les groupes spéciaux qui ont déjà pris en charge des missions d'un nombre défini. Ces groupes sont présentés à l'opinion publique avec des noms différents et c'est ainsi qu'on voulait donner l'image qu'il existait beaucoup d'organisations Arméniennes.

Pour ces organisations il n'est pas nécessaire que les sièges centraux et les organes qui dépendent d'eux se trouvent dans un endroit défini ou dans la même place géographique. Comme dans tous les pays, ils peuvent être dans des endroits divers. Ce cas, bien qu'il présente pour les organisations Arméniennes la particularité du siège plus démocratique et plus commune, il s'agit toujours en vérité dans les organisations Arméniennes d'une discipline sérieuse et de l'hégémonie du siège.

Les structures des organisations, les concurrences entre les cadres de leader, les conflits sont les particularités communes des diverses fractions. Et on profite de ce cas, on donne l'image d'une organisation différente lorsque se sépare sous le leader e de plusieurs personnes. Une autre particularité pour les organisations et les actes terroristes c'est la clandestinité. Mais quand il s'agit de continuer, de protéger ou bien d'utiliser l'acte terroriste comme un moyen efficace de propagande, une politique ouverte pour les sous groupes et pour les combattants spéciaux est préférée, les actes sont publiés, et assumés après la réalisation. Tout ceci est conforme et limité aux fins de la propagande .

Dans toutes les organisations terroristes Arméniennes la terreur est la partie d'une guerre psychologique ,même une phase. La terreur peut être faite pour la propagande et on y recourt pour créer uniquement la peur, la pression et la menace. Le dernier cas s'applique plutôt pour les Arméniens et pour ceux qui sont contre l'organisation ou ne respectent pas les ordres de l'organisation.

Ces organisations terroristes ont de larges connaissances et expériences sur les relations publiques, les informations et sur les moyens qui les réalisent. Ensuite, elles ont des contacts directs avec les personnes, les établissements qui réalisent ces activités. Ces manifestations donnent aux organisations un temps suffisant pour vivre et répandre.

Les organisations terroristes Arméniennes sont toujours soutenues ouvertement ou secrètement par un ou plusieurs pays. Ces pays les utilisent comme un moyen ou bien pour masquer leurs organisations clandestines et les institutions de guerre psychologique.

Pour toutes les organisations Arméniennes, l'animosité envers les Turcs et la Turquie est un élément moral pour leur fondation et survie. En outre, ils évaluent les droits et les intérêts sur cette animosité. L'animosité envers les pays qui ont des relations, des contacts et des liaisons avec la Turquie est provisoire. Le fait que la terreur passe les frontières de ces pays et /ou cause la mort d'un ou plusieurs personnes est considéré complètement comme "une menace" non pas un point d'animosité.

La terreur des Arméniens présente trois phases dans le processus chronologique. La première est d'assurer de réunir les Arméniens et de les attirer en vue de créer l'idéologie Arménienne. La deuxième consiste à faire accepter sa force et ses dimensions pour ceux qui ne sont pas Arméniens et d'éveiller l'intérêt. La troisième, c'est de préparer "les sources d'animosité" qui pourraient être utilisées contre les Turcs et la Turquie en fonction des développements politiques et des conflits d'intérêt dans l'arène internationale. Le thème à la fin du XIX iéme siècle " minorité qui n'a pas la liberté, qui est pauvre, qui est dépourvue des droits " et le thème vers la fin du XI iéme siècle, "le peuple, la nation ayant subi le génocide- le massacre " sont tout à fait destinés à assurer les sources dans les relations internationales. Et à la première occasion offerte, ces sources seront , sans hésitation, utilisées par les pays concurrents avec la Turquie ou même par les organisations internationales. Les buts clandestins et les cibles de toutes les organisations terroristes seront les occasions évaluées provenant des conflits internationaux. C'est un but même une aspiration qu'ils veulent la réalisation malgré eux conformément au processus historique.

LA NOUVELLE EPOQUE DE TERREUR (1973-1985)

Ce sont les organisations terroristes traditionnelles Tachnak et Hýntchak qui , dans la récente époque de terreur Arménienne, ont donné l'idée de terreur, qui l'ont développé et accélérée, et qui ont assuré d'être répandue dans de larges domaines, et qui ont varié les cibles, qui forment des groupes et des équipes terroristes, qui offrent les soutiens moraux et psychologiques en assurant les contacts et les relations. Et puis une autre organisation qui s'est fait beaucoup parler, et qui signifie la terreur Arménienne c'est l'ASALA , en lettres raccourcies, "Armée Arménienne Secrète pour l'Indépendance de l'Arménie".

Les organisations terroristes, par les groupes ou équipes de terreur, et l'ASALA, par sa vision de paraître indépendantiste, sont devenues les auteurs de la terreur de la nouvelle époque avec les actes terroristes sans pitié et sans merci. L'ASALA doit à Hýntchak pour son soutien moral et psychologique et pour le milieu des contacts et des relations. Il y a lieu de dire par ceci que, la terreur traditionnelle a continué dans l'ensemble, a profité des conditions des années 1960, et a évalué les occasions pour aller chasser les Turcs et l'humanité.

Michael M.GUNTER cite dans son étude "Armenian National Liberation" l'une des causes principales de la nouvelle terreur Arménienne:" il est évident que l'une des raisons principales pour la terreur Arménienne de nos jours est que plusieurs pays ou personnes soutiennent ouvertement cette lutte et les causes provoquant les terroristes pour faire ces actes..."

Gerad J.Libariddyan, gérant de l'"Institut de recherches de l'Arménie modene de Zoryan" sis dans la ville de Cambridge, Département de Massachusetts de l'Amérique, rédacteur en chef du journal "Armenian Review", résume ce fait avec les phrases suivantes: " Même après les efforts de paix de l'Etat Turc et de grands pays du modern depuis soixante ans, le fait que les Arméniens refusent d'accepter leurs sentiments aboutit avec l'ouverture de la nouvelle ère de terrorisme.

Agop Agopyan, leader de l'ASALA, affirme que les actes de violence des Arméniens sont nés après la compréhension de l'échec de la politique menée par les partis traditionnels des Arméniens". certes, tous ces efforts de prouver la légitimité de terreur ne sauraient pas suffire pour que la terreur Arménienne soit acceptable.