LE Tableau General des Revoltes

 

La période entamée par les événements d'Erzurum en 1890, et close avec le Soulèvement de Van en 1896, est présenté comme période d'un grand génocide à l'occident.

Nalbandian dit que "50.000 - 300.000 sujets arméniens ont été tué pendant cette période" Davih Marchall Lang écrit que 200.000 Arméniens ont été tué entre 1894 et 1896. Selon Pastirmaciyan, il y a 100.000 - 110.000 morts. Misasskian écrit qu'au moins 300.000 arméniens sont morts"

Le chiffre de Hepsius est de 88.243. Mais, l'origine de ce chiffre est inconnue. Par exemple, il indique que 20.000 personnes sont mortes à Van en 1896. Tandis que la plupart des guérilleros se trouvant à l'intérieur de la ville de Van sont venus d'Iran. Et il n'ya aucune raison pour douter de la véracité des chiffres donnés par Saadettin Pacha. De même, il écrit que 6000 personnes sont mortes à Zeytun. Aghasi écrit qu'ils avaient donné une perte de 125 personnes. Les documents anglais indiquent que le nombre de ceux qui étaient morts de maladie était approximativement, de 3000 et ces morts n'ont aucune relation avec les insurrections.

Le chiffre de Bliss est de 35.032 pour 1895. Il est difficile de porter le nombre des arméniens morts lors des insurrections et des soulèvements dans les années 1890, à 20.000, même si on considère les arméniens tués par les balles des membres des comités arméniens, comme étant tués par les Turcs. Mais il est nécessaire de calculer le nombre des musulmans qui sont morts pendant la même période. Si l'on prend au sérieux le propos d'Aghasi disant "Nous avons tué 20.000 turcs à Zeytun", les pertes musulmanes s'approchent de 25.000, en redoublant les pertes arméniennes. Mais, il est certain que les pertes subies par les Musulmans pendant ces deux années ne sont pas moins de 5.000. Ces musulmans ont été tués, pour la plupart, sans raison, seulement pour provoquer les vivant contre les arméniens! Tel est le vrai assassinat. Tel est le vrai crime.

SOURCE: Gürün, Kamuran, Dossier Arménien, TTK Basimevi, Ankara, 1983, p. 167-68