Le Telegramme Attribue A Talat Pasa

 

L'une des plus importantes allégations des Arméniens au sujet de l'application de déplacement est celle qu'on se réfère à Talat Pacha et qui prétend que ce dernier ait ordonné les massacres des Arméniens par ce télégramme. Or, lors de la décision de déplacement de son exercice; Talat Pacha a précisé à chaque occasion que les mesures prises sur les Arméniens n'avaient pas du tout le but de leur exterminer. En effet, dans une dépêche chiffrée envoyée le 29 août 1915. aux gouverneurs et aux mutasarrýfs (le responsable administratif le plus compétent d'une province dans la formation administrative de l'Empire Ottoman) de Hüdavendigâr; Ankara, Konya, ızmit, Adana, Maraþ, Urfa, Halep, Zor, Sivas, Kütahya, Karesi, Niðde, Mamuretülaziz, Diyarbekir, Karahisar-ý Sahib, Erzurum et Kayseri: l'objectif de mise en pratique de déplacement été a expliqué ci-dessous:

"Le but visé par gouvernement dans le fait de déménagement des Arméniens vers les régions déterminées était d'empêcher que ceux-ci entrent dans des activités contre le gouvernement et d'assurer qu'ils soient dans une situation à ne pas suivre leur objectif national au sujet de la création d'un gouvernement Arménien. D'une part, l'extermination de ces gens n'est pas en cause et d'autre part, de toutes sortes de mesures, concernant la sécurité et les dépends de bouche qui seraient versés du fonds des immigrés, des convois en déplacement devraient être prises. Les Arméniens hors de ceux qui sont en train de déplacement et qui continuent à héberger sur place ne seront depuis privés de leur emplacement actuel.

Comme on l'avait indiqué auparavant, il est décidé fermement par le gouvernement que les familles de soldats, artisans, protestants et catholiques Arméniens ne seront pas déplacés. Il faut prendre des mesures judiciaires contre ceux, comme gendarme ou fonctionnaire, qui attaqueraient les convois Arméniens et qui provoqueraient ces attaques, et ceux-ci seront immédiatement licenciés et renvoyés devant la cour martiale. Ce sont les dirigeants des villes et des provinces qui seront pris pour responsables de la reprise des événements pareils. On cite ceux-ci dans la dépêche chiffrée envoyée à Ankara le 27 mai 1915:

"les mesures prises par le gouvernement envers les Arméniens se basent essentiellement sur la nécessité d'assurance et de sauvegarde de la paix et de l'ordre dans le pays. Le signe que le gouvernement ne suit pas une politique d'extermination du peuple Arménien est que le gouvernement n'a pas touché les catholiques et protestants gardant pour le moment impartialité".

On remarque d'autre part, il y a eu des malentendus dans certains endroits de la déclaration publiée par le gouvernement au sujet de déportation des présidents de comité et des Arméniens préjudiciables. De ce fait, les malfaiteurs Arméniens arrêtés dans plusieurs endroits ent été envoyés vers les coins où ils meneraient leurs activités aisément. Par conséquent, Talat Pacha; publiant une déclaration, le 01 juin 1915, envoyée à toutes les villes, a fait savoir que les Arméniens dans cette situation seront déplacés dans des endroits où ils ne seront pas capables de causer des troubles et que l'opération de déportation sera appliquée seulement pour les Arméniens révoltés et défaitistes.

D'ailleurs, la dépêche chiffrée de 13 juin 1915 envoyée à la province Mamuretilaziz, il est transmis que les Arméniens hors de ceux qui sont renvoyés à la cour martiale, dont leur déplacement est nécessaire, seront logés dans les endroits convenables de la ville convenablement à la déclaration et qu'il nétait pas nécessaire pour le moment de les envoyer à Mousul.

Quant à la dépêche chiffrée envoyée aux provinces de Diyarbakýr, Erzurum et Mamuretilaziz, après avoir signalé la nécessité de la protection de la vie des Arméniens déplacés, il est indiqué qu'il était bien naturel de faire venir à resipiscence que ceux qui essaient de s'enfuir lors du déplacement et qui attaquent les responsables de leur protection, et qu'il est exigé qu'on ne permet pas au peuple de s'y méler et qu'on ne donne jamais l'occasion aux incidents qui susciteraient les meurtres entre les musulmans et Arméniens et qui se présenteraient sous une vision très négatives auprès des étrangers.

Quant au télégramme dont parlaient les accusateurs du prétendu génocide Arménien  ; Un Arménien, Aram Andonian, a traité ce sujet dans son livre intitulé "les souvenirs de Naim Bey/ les documents officiels Turcs sur l'émigration et le massacre des Arméniens" et publié à Londres en 1920. Ce livre a été plus tard publié à Paris sous le chapître de "Documents officiels sur le génocide Arméniens" et ultérieurement à Boston sous le titre "Grand crime, le dernier génocide Arménien et les originaux des télégrammes officiels soussignés par Talat Pacha". Les documents contenus du livre et référés à Talat Pacha sont des faux documents inventés dans le but d'établir un criminel de génocide.

A la fin des études effectuées sur ces documents par Sinasi Orel et Süreyya Yuca, on a trouvé plusieurs preuves qui montrent "que la personne appelée Naim Bey dont on aurait procuré ces documents n'a jamais travaillé au Bureau de réétablissement; que les documents n'étaient pas authentiques et de qualité de papier utilisé pour la correspondance par l'Etat Ottoman; que les copies originales ne se trouvaient pas entre les documents du Ministère des Affaires Intérieures dans les archives du Premier Ministre; qu'on ne s'est pas rencontré ces documents les inscriptions bureaucratiques indiquées comme adresse d'origine se trouvant sur les faux documents; qu'il ya des erreurs sur les dates de calendrier hidcrî et chrétien; que les signatures ne correspondent pas leurs originales et enfin qu'il y a des erreurs d'orthographes qui ne seront jamais rencontrées en langue Ottomane".

Bien qu'on prétende que "les originaux des documents présentés dans le livre existent dans le Bureau Arménien à Manchester", le fait de s'abstenir jusqu'à présent avec insistance de la connnaissance et de l'étude de l'opinion publique et vu "la justification se basant sur le rapport de l'Association Arménien de Halep à l'époque Ottomane", est important pour vérifier que les accusations exprès de prétendu génocide des Arméniens étaient combien hors de la vérité.

REFERENCES:

Halaçoglu, Prof. Dr. Yusuf, Ermeni Tehcirine Dair Gerçekler (Les Vérités sur le Déplacement des Arméniens) (1915), Publ. TTK, Ankara, 2001.

N.B :

1) DH. EUM. 2e succursale, 68/80. 2) DH. EUM. 2e succursale, 68/71; 2. Þube 68/84 (conf.. doc. 192, 200). 3) DH. EUM. 2e succursale, 68/101 (conf.. doc. 217). 4) La population Arménienne de 26.064 à Halep n'est pas montrée dans les déplacés. Car, ceux qui sont arrivés au nouvel endroit d'habitation sont ceux d'Anatolie. D'autre par, on a signalé le nombre des renvoyés à Halep environ cent mille, et ils étaient cent mille à leur arrivée (conf.. DH. EUM. 2. Þube, 68/80). 5) OREL, Þinasi, Yuca SÜREYYA, Ermenilerce Talat Paþa'ya Atfedilen Telgraflarin Gerçek Yüzü