Les Congres Armeniens

 

Le Congres de Paris en 1979

Le Congrès des Organisations Arméniennes du1er Monde est réuni en 3-6 septembre 1979 à Paris. L'ASALA a participé à cette réunion avec une grande force et a joué un rôle important dans le Congrès. Ce congrès a eu l'influence sur les forces arméniennes révolutionnaires en France, il a permis l'adhésion de beaucoup de membres. Le but de congrès peut être résumé comme: " Réunir tous les Arméniens du monde autour d'une idéologie, sous le même drapeau, les organiser, évaluer les conditions politiques et revendiquer les territoires".

Certaines propositions importantes présentées au congrès sont les suivants:

a. Mettre fin aux conflits et discussions sur le parti et sur les secte s et former un "Comité central"

b. Prendre des mesures permettant de mettre fin à l'assimilation du diaspora arménien.

c. Assurer la disponibilité des théoriciens et des spécialistes de stratégie militaires qu'a besoin pour les actions et les applications.

Les résolutions prises dans le congrès sont les suivantes:

a. Accélérer le mouvement Pan Arménien, politiser la notion de l'idéologie arménienne dans le cadre du diaspora et créer dans le monde une force arménienne.

b. Rechercher les moyens de contribution des Arméniens de l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques pour la question arménienne et s'efforcer de procurer les aides nécessaires.

c. Revendiquer directement de Turquie les territoires

d. Rendre nationale la caractéristique de l'église arménienne.

e. Faire les travaux nécessaires pour la fondation d'une banque arménienne.

f. Fonder des Bureaux centraux et développer les possibilités d'informations et de publications (des médias)

A la fin du congrès de Paris, les actes de violence et de terreur ont augmenté, l'ASALA est sortie renforcée par de nouvelles adhésions (le sang frais). Il s'agit d'une période efficace dans les efforts d'unification, les activités relatives à l'instruction des armes ont augmenté dans les divers centres et lieux.

REFERENCE: Uras, Esat, Les Arméniens et la Question Arménienne dans l'Histoire, Istanbul, 1987, p.CCVI.

Le Congres de Lausanne en 1983

Le Congrès de Lausanne, réuni dans un milieu où l'opinion publique mondiale reprochait aux Arméniens et aux terroristes la terreur arménienne de grande envergure, se proposait d'unifier les opinions politiques de l'Arménie et d'assurer la marche dans la seule direction. Ceux qui soutenaient les actes de violence constituaient une minorité dans ce congrès, auquel l'ASALA n'avait pas participé. A la fin du Congrès entre les Tachnak et l'ASALA des fractions ont eu lieu. Les groupes et les équipes subalternes de terreur ont entrepris comme de nouvelles organisations aventurières. Une grande partie a été dissoute, arrêtée et condamnée.

Les propositions et les sujets importants dans l'ordre du jour du congrès sont les suivants:

a. Constituer une commission législative, déterminer les politiques essentielles, définir les opinions pour le fond des revendications de territoire.

b. Former un mouvement national de liberté portant sur l'idéologie nationaliste et démocratique.

c. Ces congrès ressemblent aux congrès juifs dans le monde, il faut parvenir à la qualité du parlement démocratique dans son pouvoir.

Les résolutions suivantes ont été adoptées au congrès de Lausanne:

a. Les préparations nécessaires seront faites et une "Constitution" sera préparée pour permettre aux congrès d'avoir une qualité démocratique te parlementaire.

b. Le conseil législatif fera les préparations de la Constitution et insérera dans ce texte ses travaux qui formeront une synthèse de diverses opinions politiques.

c. Les travaux du congrès seront communiqués à l'opinion publique mondiale par un communiqué.

Le congrès de Lausanne est clos après de longues discussions et un grand désordre a été vu. Bien que les modestes aient la majorité ils n'ont pas pu assurer de grands progrès. Après le congrès les conflits ont continué et les fractions ont commencé.

REFERENCE: Uras, Esat, Les Arméniens et la Question Arménienne dans l'Histoire, Istanbul, 1987, p.CCVII.

Le Congres de Sevres en 1985

L'objectif essentiel du "Congrès de Organisations Arméniennes du tiers Monde " réuni à Sèvres en 7-13 Juillet 1985 était d'accepter la "Constitution Arménienne" qui était déjà préparée. De cette manière, on s'efforcerait de former "l'Union" qui pourrait représenter les Arméniens dans le monde.

Lors de ce congrès où l'ASALA était absent et les organisations arméniennes de terreur ne sont pas représentées, la qualité de la représentation des Tachnak a donné lieu aux longues discussions.

Les propositions et les résolutions adoptées au congrès sont les suivantes:

a. Le slogan de "Une Arménie, un but, une lutte, une voix" a été proposé et adopté.

b. La proposition de l'admissibilité de Sèvres et de l'inadmissibilité de Lausanne a été faite.

c. La proposition pour ne pas soutenir l'ASALA a été adoptée.

d. La proposition relative à une guerre perpétuelle contre la Turquie a été adoptée.

e. La proposition relative au soutien de la guerre faite par la Grèce et les Grecs de Chypre contre la politique d'expansion de la Turquie a été adoptée.

f. La proposition relative au caractère similaire du "Conseil National Exilé de Palestine" a été adoptée à condition d'observer les évolutions nécessaires.

Les résolutions adoptées au congrès de Sèvres sont les suivantes:

a. Le congrès a adopté le texte de la "Constitution Arménienne" qualifiée et préparée comme la Constitution.

b. Le congrès a adopté l'application d'une stratégie multilatérale en vue de parvenir aux objectifs. Selon ceci:

" Pour lutter contre l'impérialisme turc, on adopte qu' il y a lieu, comme entre les Arméniens et les autres nations, de faire une collaboration entre le mouvement national arménien et les mouvements progressistes- révolutionnaires et de savoir que la cause de la lutte arménienne dépend incontestablement de la cause des autres peuples opprimés"

"Bien que le Congrès arménien mondial déclare qu'il n'a aucun rapport avec un pays ou force quelconque, on a adopté l'aide de ceux qui respectent et soutiennent la lutte du peuple arménien.

c. Le congrès a adopté la décision de recourir aux pays qui ont signé le traité de Lausanne, aux Nations Unies, à l'Union Soviétique, à la République Arménienne Soviétique, au Conseil d'Europe, aux pays du Mouvement sans bloc, pour faire savoir que le peuple arménien est le seul peuple qui ne profite pas de la dissolution du colonialisme.

d. Le congrès a fait des démarches nécessaires, a diffusé des communiqués, en vue de forcer la Turquie pour la reconnaissance du génocide en 1915, , croyant qu'il serait possible de sauver les territoires occupés par la Turquie de cette manière. e. Le congrès a adopté la résolution de remercier à l'Union Soviétique d'avoir supporté la conservation de la culture arménienne dans l'Arménie soviétique.

Le congrès a préconisé le fait que les Soviétiques acceptent le génocide et l'article Zrtisan publié dans le Pravda du 1985 et reproché à l'Amérique qui n'a pas assuré la confirmation du projet de génocide par le Congrès américain.

REFERENCE: Uras, Esat, Les Arméniens et la Question Arménienne dans l'Histoire, Istanbul, 1987, p.CCVIII.

La Constution Armenienne

Le prêtre James Karnuziyan, président du congrès, après le préambule de la Constitution arménienne adoptée lors du congrès de Sèvres en 1985 appelé aussi " Le Congrès arménien du tiers monde", dit qu'on a eu pas mal d'ennuis en raison de la division des Arméniens, que la seule solution est de former "un groupe unanime" en vue de remédier ces problèmes, que le texte dit la Constitution renferme toutes les opinions relatives à cet objectif.

Les observateurs impartiaux affirmaient que tous les organismes et organisations luttant pour la cause arménienne seraient réunis sous la parapluie du Congrès arménien, dans le cas où il serait possible de mettre en vigueur la Constitution.

Les objectifs du "Congrès arménien" sont exprimés dans la Constitution de la manière suivante:

a. Réunir les Arméniens dispersés et créer une structure.

b. Assurer la reconnaissance du Congrès par le monde

c. Employer toutes les voies politiques et diplomatiques afin de sauver les Territoires arméniens  occupés par la Turquie

d. Organiser le retour des Arménies à leur patrie et faire des préparations en ce sens

e. Le siège du Congrès sera en Suisse

f. Créer des organismes tels que le Conseil National Arménien, le Conseil Général et le Conseil administratif.

REFERENCE: Uras, Esat, Les Arméniens et la Question Arménienne dans l'Histoire, Istanbul, 1987, p.CCVIX.

Les Objectifs des Congres Armeniens

On sait que les différents congrès arméniens se tenaient, dans le processus historique de la question arménienne, sur la demande et convocation et sur la provocation indirecte des organismes arméniens de terreur, des églises et de certains pays .

Les organisations arméniennes terroristes telles que Tachnak et Hýntchak ont réalisé la grande partie de ces congrès. Sans se soumettre à un temps défini, ces réunions qui assemblaient ses membres, les Arméniens concernés, les représentants de l'église, permettaient de discuter comme au forum les conditions actuelles, les possibilités et les activités des organisations; ces résolutions étaient plutôt inapplicables et donnaient lieu aux fractions et aux conflits.

Entre les années de 1973-1985, lors de la nouvelle époque arménienne les réunions portant sur les sujets " Les Congrès Arméniens dans le monde" ou "Les Congrès des Organisations Arméniennes dans le monde", ont été faites en 1979 à Paris, en 1983 à Lausanne, en 1985 à Sèvres. Les divers messages ont été communiqués à l'opinion publique, aux communautés arméniennes, aux membres des organisations arméniennes terroristes. Un texte intitulé la "Constitution Arménienne" a été publiée lors du congrès tenu le 1985 sous la direction du prêtre James Karnuziyan.

Les objectifs principaux des congrès faits à la susdite période étaient d'assurer "l'union et la solidarité arménienne", de permettre à un "Seul centre de présenter les souhaits et les revendications" et de réunir sous le même toit "Toutes les Forces Arméniennes de terreur". Ces activités destinées à la guerre psychologique et à la propagande ont été présentées en premier plan à l'opinion publique internationale. Il s'agit d'influencer les Arméniens par ces activités et d'assurer les liaisons avec la terreur et les autres travaux.

Un autre objectif poursuivi dans ces congrès, bien qu'ils soient différents, était d'assurer l'accord et l'évolution dans les organisations arméniennes terroristes. C'est ainsi qu'il serait possible de présenter à l'opinion publique du monde la terreur et ses actes comme une revendication commune du monde arménien et d'assurer la force et le front, le cas échéant.

Voici les traits communs de ces congrès

a. Dans tous les congrès les discussions de la lutte armée ont occupé le premier plan. Les discussions entre ceux qui ont approuvé et ceux qui ont désapprouvé cette lutte ont donné dans le temps à la division des Arméniens. Il n'a pas été permis à l'ASALA de participer au congrès tenu le 1979 à Paris et aux autres.

b. Il a été décidé de communiquer aux organismes internationaux les résolutions prises lors de tous ces congrès et de discuter ces résolutions dans forums internationaux et les moyens en ont été recherchés.

c. Le fait de réunir les Arméniens sous le même toit est devenu un sujet important mais une décision unanime sur sa réalisation n'a pas été prise et une période de préparation est prévue pour le texte dit la Constitution.

d. Le nombre des participants aux congrès diminue de plus en plus.

On a observé qu'il y avait des différends dans les congrès, mais les mesures concrètes qui pourraient les éliminer n'étaient pas prises.

REFERENCE: Uras, Esat, Les Arméniens et la Question Arménienne dans l'Histoire, Istanbul, 1987, p.CCV.