Les Fouilles Des Fosses Communes De Kars - Subatan

 

L'archéologue Prof. Dr. Cevat Basaran, qui a fait des recherches dans la région a relaté ce qui suit sur l'incident:

"L'une des excavations des tombeaux collectifs a été réalisée à Kars-Subatan en vue de révéler dans le vrai sens les événements tristes survenus entre les années 1915-1918 à l'Est de l'Asie Mineure (Dessin schématique 1). L'ouverture du tombeau collectif dans le village Subatan situé près du lieu dit Ani Ören dans la frontière Turco - Russe à 28 km de l'Est de Kars, a été effectuée le 20.6.1991 après le symposium de "Kars et l'Est de l'Anatolie dans notre histoire récente".

En 1918, lors de la retraite des Arméniens de la région, le village de Subatan, qui était la cible des agressions Arméniennes comme beaucoup d'autres agglomérations, est situé sur la route de Ani et au sud des sommets de Büyük ve de Küçük Yahni. Les travaux d'excavation dans le village de Subatan qui abrite une population musulmane de 20-30 familles, ont été réalisés en ouverture de 8 x 10 dans les quatre cimetières collectives du quartier Köseogullari, sur les affirmations des témoins oculaires, à savoir Fariz Öztürk, agé de 120 ans, Duraða Öztürk, agée de 95 ans (Dessin schématique 2). Les premiers travaux ont commencé à l'ouverture de A-1 dans l'emplacement divisé en quatre carrés séparés de 4x5 mm. L'excavation a été d'abord faite sur les surfaces larges et intensifiée sur le point d'intersection des ouvertures de A-1 et de B-1. Après l'enlèvement de la terre de remblayage de 40 cm sur la couche supérieure on a vu les premiers squelettes.

On a constaté que la plupart de ces squelettes obtenus avec les matériaux in situ appartenaient aux enfants de 0-1 an. Dans l'ouverture de A-1, un groupe de squelettes trouvés dans une profondeur de 80 cm environ présentait une structure assez intéressante. Ces squelettes positionnés dans la direction de Nord - Sud appartenaient peut-être à une mère et sa fille. La dame était tombée sur le côté droit et embrassait l'enfant avec son bras gauche. Les deux traces des coups donnés sur le crâne de la femme, avec une hache ou un autre matériel coupant, semblent montrer qu'elle est assassinée. La hache qui n'était pas efficace au premier mouvement, a divisé, dans le deuxième, en deux le crâne de la femme. La dame ainsi que son enfants ont été ensevelis avec leurs habits. Seulement une très petite partie d'un autre groupe de squelettes obtenus sur le coin au sud de l'ouverture A-1 a été mise à jour. Ils donnent l'idée que les cadavres sont ensevelis pêle-mêle. Après les premiers travaux effectués ici les squelettes de 12 ans enfants et de 3 adultes ont été révélés. On a trouvé lors des fouilles des vêtements, des pièces des vêtements en soie, un boucle métallique de ceinture, deux boucles d'oreilles, les perles de verre d'un petit collier, une chaîne métallique, les boutons, une monnaie trop rouillée, et les planches épaisses pourries par ci par là.

Selon les dires des témoins oculaires Fariz Öztürk et Duraga Öztürk dont la déposition est soutenue par les documents des archives, l'incident pour le massacre du 25 avril 1918 qui est fait par les Arméniens s'est produit de la façon suivante: Les bandes de Tachnak - Arménienne qui retraitaient de Kars et de Sarýkamýþ ont attaqué le village Subatan où vivaient ensemble les Turcs, les Arméniens et les Grecs. Les guérilleros qui tiraient par ci par là, ont tué atrocement les paysans attrapés.

Selon les photos dans les documents des archives et selon les renseignements obtenus les femmes, les enfants et les vieillards tués par la baïonnette pénétrée dans le ventre sont laissés dans la rue.

Il ressort des documents des archives que 570 personnes étaient assassinées dans le village Subatan. Après la retraite des guérilleros Arméniens cette région est occupée par l'armée turque.

Les cadavres des hommes assassinés qui se gâtaient dans les rues et que les chiens mangeaient étaient ensevelis par les vivants et les soldats dans les paillers et les endroits précis du village. En raison des difficultés de cette époque et du grand nombre des morts, les paillers envisagés comme tombeaux pour ces innocents devenaient une "cimetière collective" par la démolition du toit de la maison. Il ressort des documents des archives et des dires des témoins qu'il y a, à Subatan, dans les trois cimetières, plus de 180 martyrs dans le tombeau collectif du quartier Köseogullari, plus de 257 enfants dans la rue Tiptip et plus de 350 martyrs dans le pailler situé au sud de la mosquée du village.