LES RELATIONS TURCO-ARMENIENNES

 

Alors que la race à laquelle appartiennent les Arméniens et le lieu géographique où ils ont vêcu sont les sujets de controverses, les Arméniens ont vêcu sous la souveraineté des Perses, des Macédoniens, de Selefkit, Rome, Parthes, Sasani, Byzance, Arabe et des Turcs. Ce sont les Turcs Seldjoukides qui ont sauvé de la persécution Byzantine les Arméniens qui sont passés sous la souveraineté des Turcs en 1071. Dans la période de Fatih, les droits de liberté de religion ont été accordés au plus haut niveau aux Arméniens, le Patriarcat Arménien a été créé pour mener les activités sociales et religieuses de la communauté Arménienne.

Les Arméniens qui, tout au long de l'histoire ont été déplacés d'un endroit à l'autre en Anatolie par les Romains, les Perses et les Byzantins, ont été impliqués dans les guerres et ont été souvent traités comme des citoyens de troisième classe, ont profité après l'arrivée des Turcs en Anatolie, des traditions et croyances loyales, humaines, indulgentes et unifiantes des Turcs. La période où ces relations ont vêcu leur apogée a duré jusqu'à la fin du 19ème siècle, a été la "période d'or des Arméniens". Parmi les non-musulmans, ce sont les Arméniens qui ont le plus profité des facilités accordés par l'Etat Ottoman à chacun des ressortissants travailleurs, dignes, honnêtes et productifs. Alors qu'ils étaient exemptés du service militaire et partiellement des impôts, ils ont eu la possibilité de progresser dans le commerce, l'artisanat, l'agriculture et les travaux administratifs et ont été à juste titre acceptés comme "millet-i sadýka" parce qu'ils se sont unis avec l'Etat et le peuple.

La création du Patriarcat Arménien d'Istanbul est un événement historique rare: huit ans après la conquête d'Istanbul par Fatih Sultan Mehmet, par un ordre du sultan l'Archevêché Arménien en Anatolie de l'Ouest a été ransformé en 1461 en Patriarcat d'Istanbul et c'est un exemple très flagrant de la vision du futur de Fatih et des sultans Ottomans ainsi que de leur indulgence concernant les autres religions. Le fait qu'un gouverneur membre d'une certaine religion accorde aux membres d'une autre religion une autorité religieuse supérieure, n'a eu lieu ni avant Fatih, ni après lui.

Ces paroles du Patriarche Arménien Mesrob II justifie l'importance de ce fait: " si l'on considère les tensions vêcues dans le monde à l'aube d'un nouveau millénaire et notamment les guerres dans notre proche entourage, nous comprendrons mieux, je pense, la valeur de cet événement qui a eu lieu 538 ans auparavant et l'importance de l'indulgence entre les religions et les cultures".

D'ailleurs, parmi les membres de cette communauté qui parle Turque et qui fait même ses cérémonies religieuses en lange Turque, il y en a qui ont été promus à des postes importants dans les échelons étatiques, qui ont même été Ministres, Sous-secrétaires d'Etat aux Travaux Publics, aux Affaires Maritimes, aux Affaires Etrangères, aux Finances, au Trésor, aux Postes, à l'Hôtel des Monnaies et écrit des oeuvres en langues Turque et étrangère sur les sujets concernant l'Etat Ottoman.

Mais dans la période où l'Etat Ottoman a commencé à faiblir, les Arméniens qui ont cru aux promesses de certains Etats, ont initié des révoltes et massacres qui ont causé la mort de milliers de Turcs et d'Arméniens. En croyant aux promesses de certains Etats qui ont des mauvaises intentions sur la Turquie, ils ont tenté de diviser un pays où ils ont vêcu pendant mille ans en prospérité.