La Propagande

 

Nous pouvons affirmer facilement que la propagande est un des domaines où la faiblesse des Turcs se manifeste le plus. Il en était ainsi pour l'Etat Ottoman aussi. Rien n'a changé à cet égard dans le République de Turquie. Les activités menées par les Turcs dans le domaine de la propagande sont restées limitées aux réponses données aux allégations mensongères et aux écrits ; en d'autres termes, il ne s'agit que des efforts d'ordre passif, destinés à l'auto-défense. Une telle attitude a permis à la partie adversaire d'agir en grande liberté.

L'année 1923, marque l'apogée des propagandes menées contre la Turquie et les Turcs tout particulièrement aux Etats-Unis d'Amérique. Powell en explique les raisons de la manière suivante:

"Nous pouvons affirmer que l'animosité à l'égard des Turcs, bien enracinée, est liée á ces motifs: Le premier motif concerne la politique cruelle appliquée à l'égard de la minorité chrétienne et de la communauté Arménienne en l'occurance, dans le passé; le deuxième concerne les préjugés d'ordre religieux et la propagande politique et il est assez difficile de déterminer les frontières entre ses deux facteurs, et le troisième motif est la déception éprouvée devant la réapparition d'un pays que nous avions considéré comme divisé et vaincu, et enfin leur refus permenant et insistant de se défendre."

Powell évoque ce dernier motif à la page 32 de son livre et rapporte les propos suivants de Vahdettin qu'il a rencontré en été 1922 au Palais de Yýldýz :

" Vos journaux et revues ne publient pas un article écrit par un Turc, et votre peuple ne lit pas un tel article même s'il est publié, et il n'y croit pas, même s'il le lit. Pourrait-il trouver des auditeurs, si l'on envoie une porsonne qualifiée aux Etats - Unis, pour exposer le point de vue Turc dans votre langue ? "

Les propos du monarque sont justes. D'ailleurs, nous trouvons à la page 1o, les propos suivants d'une personnalité religieuse de New England dont le nom n'est pas indiqué :

" Je ne veux pas entendre la vérité à propos des Turcs, j'ai changé mon opinion à leur propos depuis longtemps. "

Mais, l'arrivée à un tel point, résulte du silence permenant des Turcs, des propagandes hostiles, des facteurs religieux et des calculs d'ordre politique. Mais, la conception formulée sous cette forme "ce ne sera ni publié, ni lu, ni pris en considération" a donné lieu au développement d'une cause négative en facilitant la propagande des adversaires ; il faudrait noter qu'il y a une tendance à croire à la véracité d'une information et d'un manière générale.

Il est évident que le facteur religieux et politique a favorisé le développement d'une atmosphère anti-Turque. Avec l'Ýntervention d'une propagande orientée et efficace, l'information juste et vraie a complètement disparu . Le livre en question contient des propos qui confirment cet aspect :

"Les faits de cruauté sont exagérés d'une manière démesurée. Certains de cas faits appartenant à la dernière période n'ont jamais eu lieu. Un des represantants de presse de L'organisation d'Aide Américaine a clairement affirmé devant ses amis qu'il pouvait seulement des informations anti-Turques aux Etats-Unis, en raison du fait que cela rapportait d'argent. "

Cela pourrait paraître assez abstrait. Il serait utile d'en donner quelques exemples: " Après la publication de l'information concernant l'attaque visant la Banque Ottomane et les attaques contre les Arméniens, en Europe, certains dessinateurs des journaux illustrés ont été envoyés à Ýstanbul pour mettre en dessin les faits de cruautés. Le défunt Melton Prior, célèbre correspondant de guerre était parmi eux. Il était assez énergique et déterminé ; il ne restait pas soumis aux faits, il a dit qu'il était dans une situation délicate en raison de sa mission spéciale. Informé à propos des faits cruels, les gens attendaient les photos. Les Arméniens morts étaient enterrés, personne ne touchait les femmes et les enfants, et l'Eglise Arménienne était intacte, ainsi la question de savoir comment trouver tout cela, se posait. Et il refusait d'inverter des faits qu'il n'avait pas vus et il estimait les Turcs et il était honnête. Mais, les autres n'étaient pas si honnêtes. Et j'ai vu les photos montrant les femmes et les enfants assasinés dans une église, publiées dans un journal illustré italien."

"Une des personne dont le nom est évoqué en premier chef en ce qui concerne les mesures cruelles mises en application à l'égard des Arméniens est Müºir ªakir Pacha, chargé des travaux d'amélioration et de réforme en Anatolie. L'information concernant ce maréchal qui se trouvait en octobre 1895 à Erzurum, lors du Soulèvement, en donnant une heure et demie, et même deux heures, selon une autre version, avec une montre à la main, avait circulait dans le monde entier. En tenant compte du but de notre voyage, nous avons rendu visite à MM. Graves, consul d'Angleterre, Mehmet Þerif Rauf Pacha, préfêt, Rowueferier, consul de France, et M.V.A. Maximov, consul général de Russie. Et nous avons posé la question à toutes ces personnalités, en ce qui concerne la véracité de l'information répandue à propos de Þakir Pacha. M. Rowueferier a affirmé que ces histoires risibles étaient inventées, en proférant des propos élogieux concernant Þakir Pacha."

"M. Maximov, consul de Russie a dit ceci: Il ne n'apportient pas de démentir des histoires de ce genre. Main, je peux vous dire que Þakir Pacha est une brave personne et un homme de bon cœur. Je le connais depuis des années , il est mon ami.

Mr. Graves, consul d'Angleterre a fait cette affirmation à ce propos: à l'époque, je n'étais pas ici. Je n'ai pas parlé à sakir Pacha à ce propos. Mais le préfet a démenti ses faits. C'est suffisant pour moi. Car je crois, sans hésitation, à ce que Rauf Pacha a dit."

"j'ai demandé à Mr. Graves s'il pensait que les massacres auraient pu avoir lieu si les révolutionnaires Arméniens n'avaient pas provoqué la population Armérienne. Il a répondu: Sans doute, Non. Même, un seul Armenien n'aurait pas été tué."

Mais, ces informations n'ont jamais trouvé d'écho dans la presse occidentale, Comme c'est exprimé dans les lignes ci-dessous:

"Mss. Annie T. Allen et Mss. Florence Billinfs, représentantes de l'Association Américaine "Near East Relief's" ont envoyé, en fin octobre (1922), au siège de l'association se trouvant à Ýstanbul, un rapport qu'elles avaient préparé à propos de la situation des villages incendiés par les Grecs lors du retrait. L'Association n'a pas publié ce rapport, comme M. Llyod, George n'a pas publié le rapport Bristol à propos des actes cruels commis par les Grecs à Ýzmir."

En effet, Llyod George, n'a pas publié le rapport Bristol.

"Le fait qu'ils n'ont pas voulu publier le rapport, n'est pas incompréhensible. En plus, M. Venizelos a usé de tout son poids. Le représentant Grec s'est opposé à la publication des faits établis avec la tenue secrète des témoins. Cette façon d'agir concernait les autorités locales des Grecs, sans relation avec la Commission Occidentale. Ceux qui mettaient à jour les informations susceptibles d'avoir des résultats négatifs pour la Grèce vivaient dans les régions sous l'occupation Grecque et on ne pouvait pas les laisser à merci des représailles grecques. Les mêmes soucis étaient valables pour la cruauté Allemandes en Belgique et le rapport Bryce concernant le traitement auquel les Arméniens sont soumis dans Empire Ottoman. Les gouvernements alliés n'avaient vu aucun inconvénient à la publication des rapports en question malgré les mêmes raisons valables."

Le Rapport Byree évoqué par Toynbee est le Livre Bleu des Anglais dont il est l'éditeur.

Mais, bien que rarement, il y a eu des situations contraires. Les anglais ont dû évacuer Baku, le 18 septembre 1918. Les journaux ont parlé de la trahison des Arméniens en rapportant cette information. Le Service de propagande anglais a été sais d'inquiétude d'une manière sérieuse, tout en rastant dans l'obligation d'effacer l'effet d'une telle nouvelle. Le mémorandum, preparé dans ce but, contient les lignes suivantes, particulièrement importantes:

"Faire tomber le crédo des Arméniens signifie l'affaiblissement de la Cause anti-Turque. Il est devenu très difficile de mettre fin à la conviction que le Turc est un être noble, soumis aux catastrophes. Cette situation ravivera cette conviction en nuisant au préstige des Arméniens, des Sionistes et des Arabes (...) Le traîtement auquel les Arméniens sont soumis par les Turcs, est un capital important entre les mains du gouvermement de sa Majesté, pour faire accepter à l'opinion publique dans le pays et à l'étranger, la solution radicale de la question concernant les Turcs" Il serait utile de voir l'organisation mise en place par les Anglais dans ce but, pour bien comprendre l'importance de la propagande : "Le premier propos que j'ai entendu au sujet de l'office de la propogande, concerne la nécessité de répondre à la propagande entamée par les Allemands avec la distributrion de brochures aux voyageurs, dans les rues de l'Amérique, évoquée par M.T.P.O' Connor devant L loyd George après un déjeuner dominical en août 1914, au walton Health Golf Club. M. Llyod George de répondre: Occupe-toi de ce travail. Pense à ce que Charlie pourrait faire. Et Mesterman l'a admis."

Mr. Mesterman est un ancien membre du Conseil et fait partie de la chambre des Communes. On sait que M. Mesterman a fondé un bureau de propagande après cette date en prenant la direction. L'existence du Bureau a été tenue secrète. M. Masterman a démissionné de son poste dans la Commission de l'Assurance de Santé Nationale en transformant 'Wellington House" en siège et le bureau est évoqué sous l'appelation de "Wellington House" dans les documents. Le domaine de fonctionnement de "Wellington House" est défini de la manière suivante: "Faire connaitre la cause des alliés, les efforts déployés par les Anglais, les exploits et les travaux effectués de la Navale, de l'Armée, et de la flotte de commerce, les possibilités économiques et militaires, les causes et les buts de la guerre, les cruautés et les crimes de l'Allemagne et de ses alliés, la Cause de la Belgique et les faits inhumains de la guerre des sous-marins. Et les moyens utilisés sont des livres, brochures, revues, diagrammes, cartes, affiches, cartes postales, photos, tableaux, dessins et expositions."

Le Bureau a une publication quotidienne de 17 millions exemplaires, seulement en Angleterre et la revue bimensuelle en est exclue. Le 3. Rapport contenant 118 pages, publié à propos des activités du Bureau Masterman, inclut une liste des livres et des brochures imprimés à la fin de le première moitié de l'année 1916 est de 182. Max aitken, William Archer, Balfour, James Bryc, E.T. Cook, conan Doyle, Alexander Gray, Archibald Hurd, Rudyard kipling, A. Lowenstein, C.F.G. Masterman, A.S. Toynbee, H.G. Wells figurent parmi les auteurs. Un des 3 livres écrits par Toynbee, porte le titre suivant: " Oppression exercée sur les Arméniens "

Les réferences figurant dans le Livre Bleu imprimé par le Bureau Masterman et réimprimé par une maison de publication Arménienne en 1975 , aux Etats-Unis d'Amérique sont essentiellement les journaux Arméniens "Haziran" publié à Tiphlis, "Armenia" à Marseille, "Ararat" à Londres, "Gotchnag" à New York et le Comité Arménien aux Etats-Unis. Les références utilisées dans la Préparation du livre sont assez éloquentes pour le définir. Il serait utile de rappeler que les Arméniens d'izmir et d'Ýstanbul qui n'ont jamas été soumis à la déportation, sont presentés comme étant déportés , dans ce livre.

Egalement, il serait utile de reprendre certaines citations de 2 auteurs ayant fait des études à propos de la manière dont le matériel de propagande a été rassamblé. L'un de ces auteurs est Arthur Ponsoby et son livre porte le titre "Mensonges Pendant la période de la Guerre" Ponsomy était membre du parti libéral à la Chambre des Communes de 1910 Jusqu'en 1918 et il a adhéré au parti travailliste plus tard. Il est contre la guerre. Il a publié son livre en 1928. Il fait des observations intéressantes à propos du recours à la propagande :

"Le ministre de la Guerre a fait une circulaire pour inviter les militaires à préparer des rapports concernant l'ennemi à propos des faits de la guerre en précisant que l'exactitude des faits, ne présente aucune nécessité, et que l'existence d'une probabilité normale est suffisante " (page 20)

"Les memsonges relatifs aux cruautés sont les plus valables: On ne peut pas faire la guerre sans cela, en particulier dans ce pays (Angleterre) et aux Etats - Unis d'Amérique. Le fait de dénigrer l'ennemi est un acte patriotique." ( page 22 ) "Le temoignage des gens ne peut pas engendrer la confiance dans les faits sans résultat. La déclaration faite par un individu reste sans valeur, ni effet, au moment où les préjugés, les enthousiasmes, les convoitises et le patriotisme se trouvent pêle-mêle. Il est impossible de couvrir les histoires de cruauté. Ces faits ont été répétés pendant des jours et des jours, au moyen des brochures, des affiches, des lettres et des discours. Les personnalités célèbres qui hésitent à condammer leur ennemi en raison de l'absence de preuve, n'ont pas hésité à servir d'avant-garde pour accuser une nation d'avoir commis tous les crimes possibles et pensables. " (page 129)

"Une photographie prise au moyen d'un appareil de photo est très efficace pour convaincre. On ne peut pas imaginer un autre objet plus authentique qu'une photo instantanée. Personne ne doutera de l'authenticité d'une photo. Leur fausseté ne peut être établie qu'avec retard. Le montage des photos pendant la période de la guerre est devenu une grande industrie. Tous les Etats l'ont fait. Mais, les meilleurs experts étaient les Français. "(page 135)

"Plusieurs photos ont été prises lors des massacres de 1905 en Russie. Une des photos appartenant à une ligne de cadavres entourés de gens, a été publié le 14 juin 1915, dans le Miroir sous le titre suivant: crimes commis par les troupeaux allemands en Pologne. Plusieurs faits similaires ont été publiés dans les journaux. " (page 136) Le deuxième auteur est Allen Lane et son livre porte ce titre: "Gardez le feu allumé, dans la maison " La première page du livre reproduit le discours prononcé par le président Américain Coolidge devant l'Association des Journalistes . Le Président affirme ceci: " La propagande essaie de refléter certaines parties des faits,de couper les liens et de faire apparaître les conclusions improbables." Certains passages extraits du livre sont les suivants: "Le but de la propagande est de simplifier. Les méthodes établies par les organisations et les organes d'information, chargés de propagande créent un mode de pensée de rendre inadmissibles et justes les affrontements au moyen des répétitions. Le propagandiste crée des descriptions simples auxquelles la population peut prêter foi facilement. Le but est de mettre les preuves à la dispositiron des hommes simples conformément à ce qu'ils souhaitent sans pouvoir trouver ni confirmer, comme Gobbels l'indique pendant la guerre suivante." (page 3) "Cela crée un comportement attendu de la part de l'ennemi, selon les prejugés établis, au temps de guerre. Et cela nécessite de dissimuler les informations susceptibles de rendre l'ennemi symphatique et de présenter celui-ci pour provoquer l'aversion à son égard" (page 3) "Les histoires de cruautés apparaissent pendant toutes les guerres. Le but est de créer une apparence attirant l'aversion et la peur inspireés par guerre" ( page 3) "La guerre est présentée comme juste et raisonnable avec l'aide des idéaux universels tels que liberté, justice, démocratie, christianisme; il s'agit des valeurs admises par tous." (page 4) "Les histoires cruelles les plus caractéristiques sont venues des correspondants les plus éloignés du théâtre de guerre. Ce sont des histoires relatées, et cela d'une manière inchangeable. Pour la plupart du temps, ce sont des histoires entendues pour la plupart du temps, ce sont des histoires entendues des autres " (page 84) On peut finir ce chapître avec une phrase de CF. Nixon Johnson: "Nous n'hésitons pas à répéter que le but visé avec ces histoires de massacre total est d'orienter la politique, en dernière instance. Par censéquent, nous n'avons pas besoin de présenter une nation étant de la même religion que la nôtre et ayant des liens d'alliance avec nous, comme étant honnête à partir des preuves exagérées dans une grande mesure, sans être inventées entièrement."

REFERENCE: GÜRÜN, Kamuran, Dossier Arménien, TTT Basýmevi, Ankara, 1983, p. 40-44